Ce mois-ci – du 21 au 25 septembre – aura lieu la 11e édition de notre festival d’arts urbains, Hip Hop You Don’t Stop, un programme de prévention du crime via les arts coprésenté avec Elementality. Et oui ! Vous avez bien lu, nous proposons cette année 5 jours d’activités GRATUITES : une exposition de photos, une soirée-conférence portant sur le thème « la radio et le Hip Hop », une soirée-spectacles mettant de l’avant la collaboration homme-femme, un important événement Graffiti et Elementakiza : l’événement principal extérieur.

 

Celui qui est responsable de mettre tout ça ensemble, c’est Emilio Orellana-Côté (Elementality), qui travaille à l’organisation du festival depuis quelques années maintenant, mais qui coordonne cette présente édition presque tout seul pour une première fois cette année. Nous avons eu le plaisir de lui poser quelques questions par rapport à sa vision de ce projet communautaire extraordinaire.

Emilio

Prévention CDN-NDG :

HHYDS 2016 : une 11e édition. De ton côté, une première à titre de coordonnateur en chef. Décris-nous ton expérience jusqu’à présent.

 

Emilio :

Il s’agit d’une expérience très enrichissante pour moi, autant du côté personnel que professionnel. J’ai pu rencontré des personnes tellement différentes, provenant d’horizons et de domaines si éclectiques, que nous arrivons à rassembler lorsque vient le temps de monter un projet culturel pour les jeunes. C’est fascinant pour moi d’observer le processus de collaboration et de voir ce qu’il est possible de faire lorsque nous arrivons à créer une véritable concertation.

 

Cette année, nous avons centré notre énergie à structurer davantage l’équipe derrière la mise sur pied du festival, ce qui amène le projet à un autre niveau. Il y a beaucoup plus de temps et d’espace réservés pour l’échange d’idées concernant la programmation. Cette façon de faire engendre bien entendu beaucoup de compromis et de responsabilités face au projet. Le sentiment de travailler en équipe est incomparable, spécialement lorsque nous sommes rendus aux derniers mois précédant l’ouverture du festival.

 

 

Prévention CDN-NDG :

Peux-tu nous parler un peu de ton nouveau collaborateur, Felipe?

 

Felipe, c’est comme un grand frère pour moi. Il m’inspire depuis un bon moment maintenant à travers son implication avec les jeunes à Côte-des-Neiges, mais aussi dans d’autres communautés comme Havre-Saint-Pierre dans le nord de la province. Il représente pour moi l’âme de la culture Hip Hop telle que je l’entends; ce besoin de se rassembler, de partager, d’écouter et de construire quelque chose ensemble. Il a une grande expérience dans le domaine de la danse de rue (B-Boying). Il a appris cet art d’un des plus importants vétérans de la scène montréalaise, DKC Freeze (Flow Rock, Legz Crew), un pionnier dans ce milieu qui a grandement contribué à l’essor de ce mouvement artistique au Québec et ce, depuis les années 1980.

 

Felipe apporte un souffle nouveau au festival. Il s’occupe de tout le côté de la programmation relié à la danse et ce, d’une belle manière en s’assurant d’innover tout en respectant les racines et l’essence de cette discipline artistique.

 

Il donne aussi un bon coup de main en s’occupant de plusieurs autres aspects de l’organisation du festival comme le développement de partenariats dans le communautaire, des demandes de financement, des offres de commandites et davantage.

 

Prévention CDN-NDG :

Quelles nouveautés vouliez-vous proposer pour 2016?

 

Emilio :

Pour 2016, nous voulions inclure encore plus de jeunes et de gens du quartier dans la production et l’organisation du festival. L’harmonie entre les réseaux reliés à la sphère de la culture et ceux reliés au milieu communautaire ne sont pas toujours évidents. Nous voulons mettre sur pied un festival qui saura intéresser et inspirer les jeunes de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, mais aussi les amoureux de la culture de manière plus vaste : les adeptes de la culture Hip Hop et aussi les citoyens du grand Montréal qui croient que le changement est possible à travers l’art, la culture et la collaboration.

 

Cette année, notre programmation s’expend et passe à cinq jours dans le but de donner à la foule qui sera présente une petite idée du travail accompli par les gens dont le parcours s’inscrit dans la diffusion, la promotion, la documentation et le partage des œuvres des artistes.

 

Aussi, nous voulons mettre davantage d’énergie à développer des ateliers et ainsi encourager une plus grande interaction entre le public et les artistes.

 

Prévention CDN-NDG :

Pourquoi ce festival est aussi important pour toi? Et pour le quartier?

 

Emilio :

Hip Hop You Don’t Stop est important pour moi parce que la culture Hip Hop est maintenant omniprésente, spécialement par le biais du succès populaire de la musique rap et de ses dérivés qui, trop souvent, mettent des valeurs qui vont à l’encontre de ce pourquoi la culture Hip Hop a été créée au départ. Je sens le besoin de rappeler au public en général que cette culture a émergé d’une quête pour un sens de la communauté, de la collaboration dans la création, de la lutte, du respect et de la résistance à une époque où les droits humains demeuraient un idéal plutôt théorique.

 

Nous réalisons aujourd’hui que les mêmes inégalités sociales, les mêmes abus de la part des autorités en place et les mêmes discriminations sont encore présents dans nos sociétés et je crois que la culture Hip Hop, à titre de mouvance culturelle enracinée, peut fournir des éléments essentiels dans le combat contre ces injustices. La culture Hip Hop a grandi, s’est développée, a maturé et maintenant, elle ne s’arrête plus aux rappeurs, aux artistes graffiteurs, aux DJs, et aux breakdancers. Elle s’étend maintenant à d’autres domaines comme ceux du design, de la gastronomie, des médias, du sport, du travail social, etc. et celles et ceux qui évoluent dans ces différents domaines peuvent, eux aussi, se sentir comme faisant partie de cette culture lorsqu’ils se rassemblent et reconnaissent et valorisent les liens qu’il est possible d’établir à travers elle.

 

Je crois que le quartier bénéficie d’un tel festival par que les gens qui se côtoient et qui se voient dans la rue au quotidien, en viennent à travers ce projet à travailler et à construire ensemble quelque chose de positif pour leur environnement local. Ce projet encourage clairement l’émancipation des citoyens du quartier et a des répercutions extraordinairement positives sur son milieu urbain même s’il n’est pas toujours facile de le calculer et de le démontrer de manière précise. Les gens qui viennent au festival réalisent que d’écouter avant de juger leur permet plus souvent qu’autrement de découvrir de jeunes artistes de la communauté aux talents remarquables.

 

Les derniers points abordés s’inscrivent dans un processus constant. À chaque année, nous travaillerons pour faire en sorte qu’ils transcendent le festival.

 

Prévention CDN-NDG :

Quels parties de la programmation as-tu le plus hâte de voir se concrétiser?

Emilio :

Absolument tout. Tous les événements proposés dans le cadre du festival sont des expériences uniques. Ils contiennent tous des éléments pour lesquels on se passionne.
À titre d’animateur radio et de supporteur de la concertation comme manière de faire, la soirée-conférence présentée le jeudi 22 septembre au Cinéma Dollar est un moment que j’attends avec impatience. Cet événement regroupera plus de 12 animateurs-trices radio, francophones et anglophones, de plusieurs stations de radio à Montréal, qui discuteront entre autre du rôle qu’ils jouent dans la diffusion de la culture Hip Hop et de la culture urbaine en général dans cette aire de transformation médiatique.

 

Elementakiza, l’événement de clôture extérieur du dimanche 25 septembre, est toujours un événement pour lequel j’ai beaucoup d’appréhension, ne serait-ce que pour l’incroyable synergie qu’il crée entre autant de personnes.

 

 

Prévention CDN-NDG :

Quelque chose d’autre à ajouter concernant cette 11e édition?

 

Emilio :

La culture Hip Hop peut être positive et constituer une base solide pour aider à l’amélioration de notre société. Prouvons-le!

 

 

  • Pour plus d’informations sur le festival :

Clique ici !

 

  • Pour nous suivre :

Clique ici !

#HHYDS2016