Tous les types de plastique sont recyclables sur l’île de Montréal, sauf le plastique numéro 6 (PET). Il existe actuellement 7 catégories de plastique et chacune est marquée à l’intérieur du triangle sur le plastique (si vous ne trouvez pas de numéro sur le plastique, il s’agit du plastique n ° 6). Toutefois, l’industrie des plastiques tente de répondre à la demande des clients et de créer de nouveaux types de plastique qui ne nuisent pas à l’environnement.
La nouvelle catégorie «éco» est connue sous le nom de plastique compostable 7 ou d’acide polylactique (PLA) et est constituée de maïs. Malheureusement, PLA n’a pas reçu son propre numéro (il aurait pu s’appeler le plastique numéro 8), mais ils l’ont appelé compostable # 7. Il est difficile pour de nombreux résidents de comprendre la différence entre le plastique n ° 7 et le plastique n ° 7 compostable. Ils doivent s’assurer de ne pas mélanger les 2 catégories. Le plastique n ° 7 est recyclable, mais le plastique n ° 7 compostable (PLA) n’est pas recyclable.
Étant donné qu’il est à base d’usine, les produits PLA ne peuvent pas être recyclés. La PLA étant difficile à différencier du PET, de nombreuses complications peuvent survenir dans le processus de tri à domicile, puis dans les centres de recyclage, en raison de la contamination croisée.
Toute contamination croisée diminue la qualité des matières recyclables de Montréal. Ni les produits en plastique n ° 6 ni en plastique n ° 7 compostables ne doivent être mis dans le bac de recyclage. Toutefois, le plastique n ° 7 est recyclable.
À Montréal, la ville ne dispose pas actuellement de méthode pour réutiliser les produits à base de PLA. Ils sont donc destinés à la poubelle. Cela est particulièrement décevant, car ce type de plastique a été conçu pour réduire les déchets. Une partie du maïs utilisé pour fabriquer les sacs provient de la forêt amazonienne, qui a été en partie coupée à blanc pour cette nouvelle activité rentable. Quel que soit l’endroit où le maïs est cultivé, il est affreux d’imaginer que ce maïs, qui aurait pu nourrir des personnes ou du bétail, a été utilisé pour fabriquer des produits en plastique qui ont fini dans une décharge.
Le PLA est biodégradable, mais prend des siècles pour disparaître. Dans une décharge, une bouteille de PLA pourrait prendre jusqu’à 1000 ans pour se décomposer, car il n’y a ni air ni lumière du soleil. Les aliments peuvent également prendre des décennies à se biodégrader dans les sites d’enfouissement, et créent du méthane comme il le fait, en raison des conditions anaérobies. PLA a été créé pour être composé dans des installations industrielles, ni dans des sites d’enfouissement ni dans des sites de compostage en plein air traditionnels.
PLA nécessite de transformer une installation industrielle et Montréal commence à peine la construction du premier site, qui devrait être achevé d’ici 2020. Les déchets alimentaires sont actuellement compostés de manière traditionnelle au large de l’île de Montréal (à Saint-Thomas). Radio Canada a rapporté cette année que les sacs compostables sont un gros défi pour le compostage industriel. Les sacs collectés lors de la collecte des déchets alimentaires sont séparés de leur contenu compostable sur le site de Saint-Thomas. Cependant, la plupart du temps, certains déchets alimentaires sont piégés dans le sac une fois séparés et envoyés au site d’enfouissement avec les sacs compostables.

Les résidents peuvent réduire leur impact environnemental de différentes manières grâce à cette confusion!
• Évitez d’acheter des produits emballés dans du plastique n ° 6;
• Ne tombez pas dans le «éco blanchiment» de l’industrie du plastique compostable, évitez les produits compostables en plastique n ° 7;
• N’oubliez pas que vous n’avez pas besoin d’utiliser de sacs pour ranger vos poubelles brunes et que vous pouvez y déposer vos déchets directement.

Par Vivaik Malik (employé d’été) et Nikki Schiebel