À NDG, nous aimons nos arbres. Ils font tant de choses… Ils nous fournissent de l’oxygène pour respirer, filtrent et nettoient l’air, stockent du carbone atmosphérique, fournissent de l’ombre, refroidissent l’environnement, créent des habitats pour la faune et embellissent une maison ou une rue.

Lorsque nous voyons la Ville abattre ces précieux alliés, on peut facilement ressentir de la colère ou de l’incompréhension. Cependant, il est important de comprendre que la Ville ne coupe pas les arbres de manière malveillante pour en tirer un profit. Bien au contraire : elle le fait dans le but d’en conserver davantage.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’infâme agrile du frêne lors d’une conversation ou dans une brochure. Ou peut-être que c’est la première fois que vous entendez parler de cet insecte ? Quoi qu’il en soit, il est essentiel de connaître son impact sur les arbres de Montréal afin de comprendre pourquoi la Ville coupe les arbres infectés. L’agrile du frêne est un insecte envahissant originaire de Chine, et introduit dans les années 1990 en Amérique du Nord où il ne cesse de faire des dommages.

Il se nourrit principalement des frênes dans lesquels il s’installe confortablement. Ces insectes creusent en effet un tunnel à travers l’écorce interne et y pondent des oeufs. Ces derniers éclosent et se nourrissent de l’écorce de l’arbre, s’accaparant ainsi les nutriments dont il a besoin pour survivre. Petit à petit, plus vite qu’on le voudrait, le frêne commence à mourir… Si l’arbre est mort à plus de 30 %, il faut l’abattre car il est déjà trop tard. S’il n’est pas abattu, il infectera les arbres qui l’entourent dans un cercle vicieux qui condamnera tous les frênes voisins. Donc, pour sauver les arbres, nous devons les couper – aussi triste que cela puisse paraître.

Si vous vous souhaitez faire évaluer un frêne sur votre propriété, veuillez visiter le site ville.montreal.qc.ca/agrile pour plus d’informations. La Ville accorde une subvention pour abattre votre frêne tant que vous le remplacez par un autre arbre. Toutes les informations sur comment appliquer pour la subvention se trouvent également sur le site web. Si votre frêne est toujours en bonne santé, vous devez le faire vacciner pour éviter que l’agrile du frêne l’endommage plus.

Malheureusement, la date limite pour demander la subvention est déjà passée cette année, vous devrez donc payer la facture.
Votre frêne doit être vacciné tous les deux ans. Dans tous les cas, peu importe l’état de santé de votre frêne, la Ville vous oblige à agir en le vaccinant ou en le coupant. Faute de quoi, vous risquez une amende pouvant aller de 350 à 700 dollars.
À Montréal, les efforts pour lutter contre l’agrile du frêne sont très importants et, avec votre aide, nous devons faire de notre mieux pour empêcher cet insecte de causer davantage de dégâts. Visitez le site ville.montreal.qc.ca/agrile ou appelez l’Éco-quartier NDG au (514) 486- 2727 pour plus d’information.

Emma McLaughlin (étudiante d’été)