Récemment, il y a eu un article dans le journal concernant des étudiants qui contestaient les stages non rémunérés. Ils estiment qu’ils devraient être rémunérés à l’heure, car on s’attend généralement à ce qu’ils travaillent à temps plein dans leur organisme d’accueil pendant une période allant jusqu’à 3 mois.

Je peux totalement comprendre pourquoi les étudiants préfèreraient être payés pour leurs stages. Habituellement, ils n’ont pas le temps de travailler à l’extérieur car ils sont en stage durant la journée et le soir, ils doivent étudier. Je comprends parfaitement car j’ai moi aussi déjà été une pauvre étudiante affamée à différents moments de ma vie.

À chaque année, à l’Éco-quartier NDG, nous recevons plusieurs demandes de stages, car nous avons de nombreux projets intéressants en cours, et nous avons beaucoup d’expérience en matière de supervision de stagiaires. Toutefois, nous n’avons pas le budget pour rémunérer ces stagiaires. Nous ne pouvons accepter que des stagiaires qui ne cherchent pas à être payés, ce qui limite les partenariats dans lesquels nous pouvons nous engager. Par exemple, j’ai reçu un appel d’une étudiante à la maîtrise qui désirait effectuer son stage à l’Éco-quartier NDG. Malheureusement, son contrat de stage de l’université stipulait clairement qu’ils s’attendaient à ce qu’elle soit payée et que ça soit au minimum 21$/heure, ce qui est plus que ce que les employés de Prévention CDN—NDG gagnent eux-mêmes! Il serait très difficile de justifier que nous payions des stagiaires (qui sont là pour apprendre) davantage que des employés qui ont déjà complété leurs études et qui travaillent pour l’organisme depuis plusieurs années.

Prévention CDN—NDG n’est pas le seul employeur qui n’est pas en mesure de rétribuer ses stagiaires. Plusieurs organismes à but non lucratif et groupes communautaires ne pourraient jamais se permettre de payer un stagiaire. Leurs budgets sont déjà planifiés si étroitement qu’ils ne possèdent pas les fonds nécessaires pour payer une personne supplémentaire qui voudrait joindre l’équipe à court terme. Cela limite les stages offerts aux étudiants et souvent, ils sont obligés de faire leur stage dans des entreprises à but lucratif, ce qui ne correspond pas nécessairement à leurs valeurs ou ne leur offre pas une opportunité aussi enrichissante que celle qu’ils auraient trouvée dans le secteur communautaire.

Selon ce qui a été mentionné par d’anciens stagiaires d’Éco-quartier NDG, il y une valeur à avoir une expérience de travail dans un organisme, même si ce n’est pas rémunéré. Nous avons accueilli d’innombrables stagiaires linguistiques (entre autres) au cours des 10 dernières années, et les partenariats que nous avons avec les écoles de langues n’exigent pas que les stagiaires soient payés. Presque sans exception, les étudiants sont si reconnaissants d’avoir la chance de pratiquer une autre langue, qu’il ne leur viendrait pas à l’esprit de demander une compensation financière. En effet, à la fin de leur contrat, beaucoup d’entre eux achètent même au personnel, un cadeau de remerciement (souvent des pâtisseries ou une tarte!).

Les stages ont été créés afin que les étudiants puissent apprendre auprès d’un mentor et poser des questions. Et aussi, d’être libres d’obtenir de l’expérience et de s’améliorer sans avoir toutes les qualifications qui seraient normalement exigées d’un employé. Même s’ils ne sont pas rémunérés, les stagiaires bénéficient des ressources de l’employeur. Lorsqu’un organisme héberge un stagiaire, il est d’accord pour lui fournir un espace de travail, l’accès à un ordinateur, à un téléphone et à internet. Il est également d’accord pour offrir un mentorat au stagiaire, de compléter les évaluations et de mettre à sa disposition certains membres de l’équipe qui pourront l’aider à comprendre le projet. Tout ce temps passé avec le stagiaire n’est pas négligeable (ça peut aller de 2 à 20 heures par semaine pour la personne qui est responsable de procéder à la supervision).

En bref, les stagiaires sont libres de choisir s’ils peuvent se permettre de participer à un stage non rémunéré. Ils devraient reconnaître que peu importe qu’ils reçoivent une paie ou non, l’objectif est qu’ils acquièrent une précieuse expérience de travail dans leurs domaines respectifs.